Copy
DERNIÈRE LETTRE D'INFORMATIONS
DU PREMIER ADJOINT DE LA COMMUNE D'ORGELET
DE LA MANDATURE 2014/2020

Chers (é)lecteurs,

Avant toute chose, j'espère que vous et vos proches vous portez bien, et que vous respectez scrupuleusement les consignes de confinement.
Je veux ensuite applaudir le dévouement de tous ceux qui continuent, malgré la crise sanitaire, à être à leur poste pour garantir la continuité des services de base à la population : agriculteurs, transporteurs, artisans, commerçants, forces de l'ordre, services publics, et tout particulièrement nos employés municipaux pour qui j'ai une pensée particulière.
Mais il faut surtout encourager les services de secours et les personnels de santé qui se préparent à affronter cette épidémie, dans des conditions qui s'annoncent difficiles.

C'est donc aujourd'hui dans un état d'esprit particulier que je vous écris, en confinement comme chacun de vous, dans cette ambiance lugubre qui règne dans le pays.
Par ailleurs, l'échec de la liste dont je faisais partie aux élections municipales donne une certaine amertume à ce qui sera la dernière lettre que je vous enverrai en tant que 1er adjoint de la commune d'Orgelet.
 
Je voudrais aussi vous remercier, chers lecteurs, de la fidélité avec laquelle vous avez reçu mes courriers hebdomadaires, et des encouragements que nombre d'entre vous m'ont manifestés au cours de ces années, pour cette synthèse de l'actualité à Orgelet et ses environs.
 
Vous trouverez tout d'abord les rubriques habituelles de ma publication. Puis je terminerai par une note plus personnelle, maintenant que je me sens libéré du devoir de réserve républicain auquel je m'étais astreint, et que certains d'entre vous me reprochaient, à juste titre, de parfois écorner.
François Bonneville

Résultats des élections municipales à Orgelet
Inscrits : 1150 citoyens
Votants : 654 bulletins, soit une participation de 56,87%
Blancs ou nuls : 38 bulletins, soit 5,81% des votants
Suffrages exprimés : 616 bulletins

Liste "Orgelet 2020" : 266 voix, soit 43,18% des suffrages exprimés
Liste "Orgelet, demain avec vous" : 350 voix, soit 56,82% des suffrages exprimés
 
Conformément à la loi, confirmée par une circulaire préfectorale, les nouveaux conseillers municipaux ont été convoqués samedi 21 mars pour l'élection du maire et de ses adjoints. En raison de la situation sanitaire, cette séance du conseil municipal aura lieu à huis clos.
Attention, à l'heure où j'écris ces lignes, nous sommes dans le plus grand flou.
En effet, le Premier Ministre aurait repoussé la date d'installation des nouveaux conseils municipaux.


Suite aux consignes de confinement, tous les rassemblements sportifs ou socio-culturels sont proscrits jusqu'à nouvel ordre.

En particulier, le marché hebdomadaire du vendredi matin est annulé
 

LA VIDÉO DE LA SEMAINE
#DATAGUEULE : confinement solidaire

LA PHOTO ANCIENNE DE LA SEMAINE
L'ancien hôpital d'Orgelet

JEU "CONNAISSEZ-VOUS VRAIMENT ORGELET ?"

C'est Roseline Dommergues, suivie de peu par Agnès Menouillard, qui ont reconnu le plus d'éléments du patrimoine orgelétain.

Retrouvez toutes les réponses.

FLORILÈGE DES ARTICLES D'ANDRÉ JEANNIN
A l'époque où se déplacer posait problème

 

PÉDAGOGIE NUMÉRIQUE
Quelques liens intéressants pour tous les parents désemparés qui doivent temporairement remplacer les enseignants

HUMOUR

 

RÉFLEXION DE LA SEMAINE
« Trop longtemps, ce monde a composé avec le mal, trop longtemps, il s'est reposé sur la miséricorde divine. »
Albert Camus, La Peste

Conséquences des résultats des élections municipales à Orgelet

Je remercie les électeurs qui ont voté pour la liste menée par Jean-Luc Allemand, et nous regrettons que notre bilan et nos projets n'aient pas réussi à convaincre plus d'Orgelétains.
 
Nous avons réduit l'endettement de notre commune, préparé l'avenir avec le programme de revitalisation, rénové les bâtiments publics, continué à enfouir les réseaux, modernisé l'éclairage public, etc...
 
Ce bilan, nous ne l'avons sans doute pas assez défendu, préoccupés par les projets que nous proposions pour continuer l'action municipale.
Les enjeux liés à cette élection municipale ont été dédaignés par une partie des citoyens, paniqués par l'incurie gouvernementale à endiguer l'épidémie, et qui n'ont pas exercé leur devoir électoral, provoquant ainsi le plus faible taux de participation qu'ait connu Orgelet pour une élection municipale.

Je constate que le projet de nos adversaires reprend les grandes lignes de notre programme accompagnées de quelques propositions démagogiques qui, je le crains, risquent de plomber les finances de la commune.

Jean-Luc Allemand a annoncé à l'issue du dépouillement qu'il envisage de ne pas poursuivre la vie politique locale. Je devrais donc rapidement intégrer l'opposition municipale, où je veillerai à la réussite du programme de revitalisation que nous avons engagé.
Je souhaite que cette nouvelle municipalité continue à faire avancer notre cité de caractère pour qu'elle garde la place qu'elle mérite au sein de la nouvelle communauté de communes.
 
Enfin, j'adresse un grand merci à Jean-Luc Allemand pour son investissement pendant 12 ans au sein de la municipalité et 6 ans comme maire, ainsi qu'à tous les membres de cette belle équipe que nous avions regroupée, et qui aurait souhaité œuvrer pour l'intérêt général de nos concitoyens.
Car, au delà du florilège des actions que nous voulions mener, Jean-Luc Allemand et moi n'avons sans doute pas assez insisté sur ce qui nous unissait au sein de notre liste : la recherche de l'intérêt général, la passion de notre commune et l'expression de la démocratie.

Certains électeurs ont sans doute été surpris de voir que Jean-Luc Allemand et moi unissions finalement nos efforts pour constituer une liste.
Car beaucoup savaient que depuis 2 ans nos relations s'étaient tendues, non pas sur la gestion des affaires communales, mais sur la manière générale de faire de la politique. Le maire m'a reproché, à juste titre, d'afficher publiquement ma farouche opposition à la politique menée par le nouveau Président de la République. Nous étions également en profond désaccord sur la manière dont la fusion de nos communautés de communes a été menée : je prônais un rapprochement en douceur de nos quatre intercommunalités et un référendum local, plutôt qu'une fusion à la hussarde telle qu'elle a été réalisée, et qui va poser de réels problèmes de gouvernance dans les semaines qui viennent.

Plus globalement, c'est sur la question démocratique que nos relations se sont distendues. Jean-Luc Allemand est un fervent partisan de la démocratie représentative, alors que depuis plusieurs années ma réflexion politique m'amène à souhaiter une démocratie délibérative.
J'ai tenté dès l'automne 2019 de regrouper autour de moi des Orgelétains qui auraient voulu mener un projet où l'intelligence collective et la démocratie directe seraient au coeur de toute décision importante, en s'inspirant de la méthode menée à Kingersheim par Joe Speigel ou encore à Saillans.  Je ne suis hélas pas arrivé à mobiliser suffisamment de citoyens pour constituer une liste.
Plutôt que de laisser la liste de Jean-Paul Duthion seule en lice, privant les Orgelétains d'un vrai choix, ce qui aurait été contraire à l'esprit démocratique qui nous anime, nous avons uni nos forces et fusionné nos projets. En mettant à l'écart nos différences de points de vue, nous voulions proposer une continuité de l'action municipale. Nous n'avons hélas pas réussi à convaincre la majorité des électeurs.

Au delà de cet échec et de nos différences, il apparait clairement que le mode de scrutin qui est appliqué depuis 2014 aux communes de plus de 1000 habitants n'est pas adapté. Si nous avons eu la chance à Orgelet d'avoir un vrai choix pour ces élections municipales, ce ne fut pas le cas par exemple à Arinthod, Saint-Laurent-en-Grandvaux, Morez, Morbier, Tavaux, et dans bien d'autres communes où une seule liste était présente, et où le taux de participation fut ridicule.
J'ai interpellé publiquement plusieurs fois notre députée à ce sujet, sans succès. Je m'engage à entreprendre toutes les actions possibles pour demander la réforme de ce mode de scrutin, en demandant en premier lieu le rétablissement du droit de panacher. Pour cela, afin de donner du poids à mon action, j'ai ouvert en ligne une pétition ; j'appelle tous ceux qui souhaitent ce changement de mode scrutin à signer et faire signer cette pétition qui sera présentée aux parlementaires.

Mais ces questions de mode de scrutin semblent bien futiles, dans cette période oppressante et inquiétante de crise sanitaire.
Au delà de l'angoisse qui saisit chacun de nous pour sa santé, son travail, ses études ou sa retraite, c'est une colère sourde qui monte des tréfonds du pays. Cette colère vient de loin ; elle s'est exprimée sur les ronds-points et dans les mouvements sociaux qui ont agité notre pays. La gestion chaotique, pour ne pas dire calamiteuse, de la crise sanitaire que nous traversons, qui va précipiter une crise économique dont on ne connait pas l'ampleur, vont nécessiter, une fois l'urgence sanitaire passée, de remettre en cause notre modèle de société.
 
Précaution liminaire
Je l’ai dit et le répète : en ces temps de mobilisation collective, nous avons tous à respecter scrupuleusement les mesures qui nous sont temporairement imposées.

Cependant,  cette obéissance civile ne doit surtout pas conduire à une interdiction de penser ou de parler, sous prétexte d'une "union sacrée".
Non, nous ne sommes pas en guerre, car nous n'appliquerons pas les méthodes radicales avec lesquelles l'Homme a éradiqué la grippe aviaire, la peste porcine, ou la maladie de la vache folle. Nous subissons une épidémie, comme il s'en répand fréquemment, à l'échelle de la vie sur Terre. Mais nous ne nous y sommes pas préparés.

Au contraire, depuis un quart de siècle, pris dans une folie libérale, les Etats ont mené une politique suicidaire, en réduisant la recherche scientifique, en démantelant le système de santé et les services publics de manière générale, alors qu'étaient favorisés la financiarisation de l'économie et l'évasion fiscale généralisée.

Le Président de la République a dit merci aux soignants ; comme dit l'adage : un merci ne coûte rien. J'aurais surtout aimé qu'il leur demande pardon. Car voila plus d'un an que les services d'urgence sont en grève, dénonçant le manque de moyens de l'hôpital public. Il y a peine 2 mois, plus de 1000 chefs de service démissionnaient de leur fonction administrative, sans réponse adaptée du gouvernement .
Mr Macron découvre, un peu tard, je cite, que "la santé pour tous et l'Etat providence ne sont pas des coûts et des charges, mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe".

Au delà des soignants dont le travail est essentiel, le Président a oublié de dire merci et pardon à tout ce "bas peuple" qui est méprisé et qui va pourtant être sur le pont pour éviter que le pays s'effondre : éboueurs, agriculteurs, livreurs, routiers, caissières, etc... ; tous ces employés, la plupart précaires, qui ont vu leurs conditions de travail se dégrader depuis 25 ans, vont encore une fois subir la double peine, puisque leur pénibilité professionnelle va les exposer directement à la maladie. 

Cette crise sanitaire et la crise économique qui va inexorablement suivre, sont le révélateur d'un système qui va aller dans le mur. La règle du "marché libre et non faussé" montre aujourd'hui ses limites.
Quant à l'Union européenne, elle montre aujourd'hui son vrai visage : une mascarade de centre commercial maquillé en projet démocratique et humaniste, incapable de protéger ses citoyens, où le chacun pour soi redevient la règle au premier coup de Trafalgar.

Demain, passé le confinement, la France, Notre France à tous, il faudra la reconstruire en changeant impérativement de cap. Le cornavirus doit être une rédemption, la prise de conscience que notre poison, c'est l'individualisme, et que l'antidote se compose de solidarité et de fraternité.
 
Que cette période de confinement soit propice à votre réflexion politique et sociale.
Pour l'instant un seul mot d'ordre : ne sortez pas. Mais quand nous nous retrouverons, fort de cette épreuve, nous mettrons en marche notre intelligence collective.

En attendant, prenez soin de vous et des autres.
 
Cette lettre d'informations est rédigée
par François Bonneville, 1er adjoint de la commune d'Orgelet.
N'hésitez pas à lui faire part de vos remarques, de vos suggestions,
et de lui transmettre vos informations pour diffusion.
Copyright © 2020 François Bonneville,

 
désinscription

Email Marketing Powered by Mailchimp