Copy

Lettre d'information Nutrition et Activité Physique

 

Numéro 19 : juillet 2021


Les produits transformés

Bonjour à tous,

Cette nouvelle newsletter annonce l'été, les soirées ensoleillées et les vacances.
Nous espérons que vous pourrez en profiter, tout en restant masqués !
Et oui, la covid-19 est toujours présente et malgré une liberté retrouvée il faut rester vigilant.

Au programme de cette 19ème lettre d'information : les produits transformés. De plus en plus présents dans nos rayons de supermarché, ils font la part belle aux secrets de fabrications et aux ingrédients mystérieux. Nous vous proposons de vous expliquer leurs impacts sur notre santé. Nous nous arrêtons également sur le Nutriscore, lié à ces produits transformés, à quoi il sert et comment il peut influencer nos achats. Nous revenons enfin sur la notion de nudge et de comportements vertueux pour améliorer notre comportement alimentaire.
Vous trouverez également dans cette newsletter le 1er épisode de notre série "Bougez pour votre santé !" : des explications et conseils sur l'importance de bouger au quotidien. Ce travail a été réalisé en collaboration avec l'association Zentonic, basée à Rennes.

Bref vous l'aurez compris, encore de bonnes raisons de s'informer avec cette nouvelle newsletter.

Bonne lecture !

 

Edito

 

A vos agendas

 

Retour sur action

 

Du côté de la science

                              Les aliments ultra transformés

                                                              Nutriscore

                                                          Les nudges


La recette

 

En bref

 A vos agendas !
  • Conférence en replay : L'obésité un accompagnement à renforcer
Retour sur un véritable enjeu de santé publique touchant toutes les tranches de population
https://www.espace-sciences.org/conferences/l-obesite-un-accompagnement-a-renforcer
  • Activité de Zentonic, association partenaire de la Maison de la Nutrition et du Diabète : "Respirez : C’est l’Eté !"
Sorties Marches nordiques estivales Eté 2021 :
”Un vent de liberté" : Accessible à la 1/2 journée ou journée
SAMEDI 10 JUILLET
DIMANCHE 29 AOUT
"Les incontournables et superbes Bords de Rance ou Bords de mer !!!" : Des sorties Passerelle : Marches Nordiques à la journée 10h/17h
ou 1/2 journée : Matin ou après-midi

Plus de renseignements par ici : Zentonic Sport Santé et Passerelle Sport Au Naturel sur Rennes 35000 - Zentonic (zenactisport.fr)
 
  • 13 juillet 2021. Sentier gourmand à Saint-Lunaire
Découverte des plantes sauvages à Saint-Lunaire. Un(e) animateur/trice passionné(e) vous expliquera comment les déguster. Au bord du sentier des douaniers de la pointe du Nick, dans la vallée de l’amitié ou bien dans une nature plus sauvage au bois de Ponthual, les plantes sauvages poussent au grès des saisons. Délicates et surprenantes, nous partirons à leur recherche pour mieux les connaître et savoir comment les déguster. Un(e) animateur/trice passionné(e) vous fera partager un moment de nature convivial.
 
Tarifs: Adultes 8€, enfants 4€, gratuit pour les -6 ans.
Matériel : Chaussures de marche, k-way.
Information : L’association se réserve le droit d’annuler ou reporter la sortie en fonction de la météo ou du nombre de participants. 25 personnes maximum, enfants accompagnés des parents. Inscriptions obligatoires : Du lundi au vendredi. Mardi 13 juillet 2021 - 14h00 - Saint-Lunaire, lieu de RDV à confirmer lors de la réservation Association Escale Bretagne, centre Le Goulet, 36 Boulevard des Cap Horniers 35800 Saint-Lunaire
Classes découvertes - Séjours - Milieu Marin - Langues - Cultures Bre (escalebretagne.org)

 
  • "Les lices au trésor", du 8 au 10 septembre 2021
C’est un événement porté par Voyage en Terre Bio, sur la place des Lices à Rennes.
Les Lices aux Trésors sont imaginées comme un archipel d’initiatives autour de l’agriculture et de l’alimentation biologiques, paysannes et diversifiées mais aussi autour du respect de l’environnement : nature, habitat, mobilité …
Sur la place des Lices, vous trouverez un espace exposition, conférences, animations organisé par VTB  – ouvert à tous avec une volonté d’accueillir les scolaires autour d’animations. Dans le même temps, sous les Halles Martenot, est prévu un marché de la gastronomie biologique et française, organisé par Inter Bio Bretagne (lien hypertexte vers le site d’IBB) dans  le cadre du congrès OWC 2021.
Tout cela dans un cadre vivant et joyeux : animations sur les stands, spectacles, expositions.
L’organisation de l’ensemble de ces journées se veut participative, n’hésitez pas à y contribuer et à proposer des actions, notamment culturelles : contact@voyageenterrebio.org
Le retour des formations de la MND
 

Les 7 et 8 juin, l'association a repris ses programmes de formation à destination des professionnels de santé, dans le cadre de la formation professionnelle continue. Ce fut l'occasion pour les infirmières et aides-soignantes présentes de travailler autour du Diabète de la Personne Âgée, de sa prise en charge, des conseils hygiéno-diététiques et des principes de surveillance à avoir notamment dans le domaine de la podologie. Un temps d'échange avec une psychologue était aussi prévu autour du refus de soin notamment.
Les prochaine dates et les propositions de formations de l'association sont visibles sur le site Internet de la MND : 
Formations | Maison de la Nutrition et du Diabète 35 (mnd35.fr)

 

Les aliments ultra transformés : quels sont leurs risques sur notre santé ?

 
Durant ces dernières années, nos habitudes alimentaires se sont modifiées dans le sens d’une augmentation d’aliments ultra transformés.

Les aliments sont classés en 4 groupes selon leur degré de transformation (classification NOVA ) :
- groupe 1 : Aliments non transformés :  les produits bruts
- groupe 2 : Aliments peu transformés :  les ingrédients culinaires (épices, sel, sucre…)
- groupe 3 : Aliments transformés :  les produits bruts emballés auxquels on a ajouté des ingrédients culinaires = produits cuisinés « comme à la maison »

groupe 4 : Aliments ultra transformés :

  • Représentés par les boissons gazeuses, les bonbons, les glaces, les céréales sucrées etc..
  • Ces aliments passent par de multiples processus qui les dénaturent. Ils sont riches en sucre, en sel, en graisses saturées. Ils sont pauvres en vitamines et en fibres, ils contiennent des additifs tels que nitrite de sodium, dioxide de titanium et des pigments alimentaires. Par ailleurs, ils sont altérés lors de leur transport par les emballages qui contiennent du bisphénol A.
  • Ils représentent près de 50% de l’apport calorique moyen de la population. Pourquoi une telle consommation ?  La publicité, leur abondance dans les supermarchés, leur longue durée de conservation et leur facilité d’utilisation sont certainement des facteurs explicatifs.
 
  • Quels sont leurs risques ?
Ils augmentent la réponse glycémique et diminuent l’effet de satiété entrainant un risque d’obésité et de diabète.
La présence d’une grande quantité de sel, de sucre et de graisses favorisent l’hypertension artérielle, les  maladies cardiovasculaires et les cancers.
  • Ces effets néfastes ont été prouvés par une équipe de chercheurs en épidémiologie nutritionnelle  qui ont réalisé des études à partir des cohortes nutrinet-santé .

La consommation alimentaire des participants est évaluée par des enregistrements de 24h répétés sur 2 ans (en moyenne 6/participant). Il a été démontré que les personnes consommant plus de produits UT étaient plus jeunes, moins diplômés, célibataires, en surpoids et sédentaires.
Ont été publiés les résultats de 3 études épidémiologiques, la 1ère en 2018 sur les cancers, les 2 autres en 2019 : l’une sur la mortalité, l’autre sur les risques cardiovasculaires.
Dans la 1ère portant sur 104 980 personnes (Thibaul Fiolet) a été rapporté un grand nombre de cancers (2 228) dont 639 cancers du sein, 281 de la prostate et 153 colo rectaux.
La 2de étude  (Dr Laure Scnhabel) concernant la mortalité a porté sur 44 551 participants dont 73% de femmes âgées en moyenne de 56 ans. Les produits ultra transformés représentaient 29% des calories totales. 602 décès (1,4%) ont été notés dont 219 par cancer et 34 par maladies cardiovasculaires.
La 3ème étude (Dr bernard Srour) avait pour objectif de déterminer les risques cardiovasculaires. Elle a porté sur 105 159 personnes. Ont été retrouvés 1 409 cas de maladies cardio vasculaires dont 665 maladies coronariennes et 829 AVC.
 
Compte tenu de ces résultats un rapport a été fait à l’assemblée nationale et des propositions ont été données :
- Diminuer la quantité de sel et d’additifs
- Améliorer les emballages
- Diminuer les publicités
Objectif : diminuer de 20% les produits ultra transformés.

Pour en savoir plus :
Consommation d’aliments ultra-transformés et risque de cancer : résultats de la cohorte prospective NutriNet-Santé
- Association entre la consommation d'aliments ultra transformés et le risque de mortalité chez les adultes d'âge moyen en France
Apport alimentaire ultra-transformé et risque de maladie cardiovasculaire : étude de cohorte prospective (NutriNet-Santé)

Nutriscore : comment  influence-il le choix des consommateurs ?

 

Le Nutriscore a été crée en 2016 pour simplifier l’information nutritionnelle et la rendre accessible à tous.

Actuellement, il s’agit toujours d’un étiquetage facultatif qui va devenir obligatoire en 2022

 

Le Nutriscore améliore l’image de marque pour 7 consommateurs sur 10, pour le consommateur c’est un gage de qualité et de transparence.

Les marques d’agro-alimentaires affichent de plus en plus le Nutriscore sur leur emballage même s’il n’est pas toujours très bon.

Il permet même aux industriels d’améliorer leurs produits pour qu’ils obtiennent de meilleur note ce qui en fait un point positif.

 

Si le Nutriscore peut aider les consommateurs dans leurs choix alimentaire, son principal défaut est de représenter plus les aspects quantitatifs que qualitatifs : pas de distinction sur la qualité des graisses, des sucres, les sources de protéines, de la teneur en vitamines ou encore en minéraux. De même, le Nutriscore ne tient pas compte du degré de transformation des produits alors que l’on sait que la consommation de produits ultras-transformés augmentent le risque d’obésité, de surpoids, de cancers …

Le consommateur a pris l’habitude quand il souhaite mieux manger de n’acheter que des produits Nutriscore A, B ou parfois C sans distinction sur le produit pourvu qu’il ait le meilleur score et ce, sans tenir compte de la portion journalière consommée car il est attribué pour une portion de 100 g.

 

On retrouve donc dans le caddie des consommateurs des frites surgelées à la place des haricots verts ou autres légumes qui possèdent le même Nutriscore !

Le consommateur pense donc manger le même type de produits avec le même message santé !

La liste peut s’allonger si l’on regarde aussi les cordons bleus, poissons panés, les céréales du petit déjeuner pour enfants …

 

Enfin le Nutriscore ne tient pas compte du mode des préparations et de cuissons des produits ce qui peut considérablement augmenter la teneur en calories avec notamment l’ajout d’huile ou beurre pour les cuissons.

Peut être qu’il sera amené à évoluer dans les années à venir en tenant compte des familles d’aliments ?

Les nudges : inciter notre cerveau à prendre les meilleures décisions pour améliorer notre comportement alimentaire

 
La pandémie de la COVID-19 nous à rappeler l’importance de la prévention du surpoids et de l’obésité en pointant la fragilité des personnes atteintes. La progression rapide de l’obésité et la prévalence accrue des maladies cardio-métaboliques seraient principalement liées aux modes de vie et de consommation modernes ainsi qu’à la sédentarité. Pour autant, les causes sont réellement multifactorielles et de dernières études montrent également le rôle de notre microbiote et de l’épigénétique dans ces pathologies.
La prévention est donc un enjeu de santé public, et depuis bientôt 20ans, les autorités de santé se mobilisent pour promouvoir un mode de vie sain. Mais, on le voit bien, l’information ne suffit pas à faire changer les comportements alimentaires. Face à ce constat, peut-on vraiment changer les comportements individuels ou collectifs ? Le nudge serait-il la solution ?
Mais qu’est-ce qu’un nudge ?
En 2008, Richard Thaler et Cass Sunstein définissent le nudge comme un outil d’incitation douce à prendre la décision la plus favorable à notre bien-être, sans restreindre les options possibles
La construction d’un nudge repose principalement sur l’architecture du choix, c’est-à-dire l'organisation des éléments permettant à une personne de faire un choix dans un contexte donné, il s’inspire de l’économie comportementale et des neurosciences.
L’architecture de nos choix montre 2 voies principales :
  • La première est rapide, intuitive et émotionnelle, elle permet de prendre de manière automatique la plupart des décisions dans la vie de tous les jours
  • La deuxième est réfléchie et logique, mais aussi lente et demande de la concentration
Des études ont montré qu’à court terme, les changements dans l’architecture de choix pouvaient avoir un impact sur le comportement alimentaire en appliquant la « loi du moindre effort ». Par exemple dans une cafétéria d’une Université américaine, une équipe de chercheurs a ainsi démontré qu’en rapprochant les légumes de quelques centimètres des plateaux des clients, on augmentait leur consommation.
L’approche des nudges cherche à obtenir un changement immédiat des comportements par le biais d’une modification subtile de l’environnement à laquelle l’individu doit toujours avoir le choix de se soustraire. Elle entend respecter une forme de libre arbitre. Diminuer la taille des portions d’aliments dont la consommation doit être limitée, c’est un nudge. Interdire ces aliments n’est pas un nudge, puisqu’on supprime le choix.
Le nudge peut être utilisé de multiples manières, par exemple en restauration scolaire, chez les petits, proposer une assiette de légumes présentés sous la forme d'un personnage, en travaillant l’imaginaire du jeune enfant et l’approche ludique, on contrebalance la consommation de légumes souvent perçues par les enfants comme une contrainte imposée par leurs parents ou par les collectivités. 
Les comportements alimentaires automatiques, sous influences psychologiques, sociales et culturelles diverses et profondes, sont particulièrement difficiles à modifier. Aussi, la puissance de la modification de l’architecture de choix à court terme peut participer aux changements de comportements alimentaires.

Exemple de niche écologique pour les choix alimentaires d’après Booth S.L., Sallis J.F., Ritenbaugh C., Hill J.O., Birch L.L., Frank L.D. Environmental and societal factors affect food choice and physical activity: rationale, influences, and leverage points. Nutr Rev. 2001;59(3):S21–S36

Pour en savoir plus : Le marketing social et les nudges, les outils efficaces du changement de comportement, Patricia GURVIEZA et Sandrine RAFFIN, Cahiers de Nutrition et de Diététique, Février 2021.
Cordon bleu maison !
Ingrédients pour 4 personnes :

-     4 escalopes de poulet

-     8 tranches de bacon

-     4 tranches d’emmental ou autre fromage au choix

-     50 g de chapelure

-     50 g de farine

-     1 oeuf

-     Poivre, sel

Préparation :
 

1) Aplatir les escalopes de poulet ou l’ouvrir en deux.

2) Déposer sur l’escalope 2 tranches de bacon, ajouter ensuite la tranche d’emmental.

3) Replier en 2 l’escalope.

4) Prendre 3 assiettes creuses, dans la première : la farine, la deuxième : l’œuf battu à la fourchette, dans la troisième la chapelure

5) Tremper de chaque coté, le cordon bleu dans la farine puis dans l’œuf battu puis dans la chapelure.

6) Dans une poêle antiadhésive, mettre 2 cuillères soupe d’huile et faire chauffer à feu vif les cordons bleus pendant 2 minutes. Puis terminer la cuisson des cordons bleus 12 minutes dans un four chaud à 180°C (ils seront plus moelleux)

7) Saler et poivrer en fin de cuisson.  

Astuce : Pensez à réaliser vous même votre chapelure avec les restes de pain que vous allez grillé et réduire en poudre au robot.

 

Bonne dégustation !


BOUGEZ POUR VOTRE SANTE : épisode 1 !
En partenariat avec l'association Zentonic


 
BOUGER : OUI !  MAIS POURQUOI ?
 

  • L’effet préventif et curatif de l’activité physique et du sport-santé sur les problèmes de santé n’est plus à prouver : Maladies cardio-vasculaires, hypertension artérielle, hypercholestérolémie, diabète type 2, ostéoporose, cancer du côlon etc…
  • L’activité physique permet de plus, une amélioration de la concentration et du sommeil, de l’humeur et de l’estime de soi, un meilleur contrôle du stress. Elle favorise un maintien de la posture, de l’équilibre .et permet aussi de mieux vieillir avec un retard de la survenue de dépendance ou de la maladie d’Alzheimer

‘’ Depuis 2012, l’inactivité physique est devenue la 1° cause de mortalité évitable dans le monde, responsable de plus de décès que le tabagisme. Selon l’OMS elle est responsable à elle seule de 10% des décès en Europe. ‘’
(
Martine Duclos, chef de service du sport au CHU Clermont Ferrand, ancienne conseillère scientifique auprès du ministère en charge des sports)

Alors … Bougez ! 
 
NE PAS CONFONDRE : L’INACTIVITE PHYSIQUE ET LA SEDENTARITE 
 
LA SEDENTARITE
correspond au temps passé assis ou allongé pendant la période d’éveil entre le lever et le coucher en tenant compte de tous les instants assis : repas, voiture etc.)  Supérieur à 7H / jour, cela correspond à la sédentarité

L’INACTIVITE PHYSIQUE
Une personne est considérée comme inactive lorsqu’elle effectue moins de 150 minutes d’activité physique d’intensité modérée /semaine (Ex marche à un bon rythme) en tenant compte de toutes les activités physiques de la journée : jardiner, passer l’aspirateur etc…. Il est fortement conseillé de dépasser ce minimum.

La suite au prochain épisode ... !

Notre Email Notre Email
 Notre page Facebook Notre page Facebook
Notre Site Web Notre Site Web

Maison de la Nutrition et du Diabète

24 rue de la Donelière
35000 Rennes
Tél : 02 99 41 83 78


Copyright © Maison de la Nutrition et du Diabète, Tous droits réservés.

Pour se désabonner, cliquer ici.
 






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Maison de la nutrition, du diabète et du risque vasculaire · 24 rue de la Donelière · Rennes 35000 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp