Copy
View this email in your browser
DIRECTION GENERALE DE LUTTE CONTRE LA MALADIE
SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

Mardi 22 janvier 2019

 
La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 21 janvier 2019 :
 
  • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 699, dont 650 confirmés et 49 probables. Au total, il y a eu 433 décès (384 confirmés et 49 probables) et 246 personnes guéries.
  • 252 cas suspects en cours d’investigation.
  • 10 nouveaux cas confirmés, dont 7 à Katwa, 2 à Vuhovi et 1 à Oicha.
  • 11 nouveaux décès de cas confirmés, dont
    • 4 décès communautaires à Katwa
    • 7 décès dans les CTE : 3 à Katwa, 3 à Butembo et 1 à Beni
  • 1 nouvelle personne guérie sortie du CTE de Butembo.

/!\ Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles à des changements ultérieurs après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.

Remarques:
  • Afin d’éviter que le nombre total de cas varie (à la hausse ou à la baisse) quotidiennement, les cas suspects ont été placés dans une catégorie séparée. Ainsi, les cas suspects dont les tests laboratoires se sont révélés positifs seront ajoutés dans la catégorie des cas confirmés alors que ceux qui sont négatifs (non cas) seront retirés du tableau.
  • La catégorie des cas probables reprend tous les décès notifiés pour lesquels il n'a pas été possible d'obtenir des échantillons biologiques pour confirmation au laboratoire. Les investigations permettront de déterminer si ces décès sont liés ou non à l’épidémie.
  • Un décès communautaire est un décès survenu dans la communauté, en dehors d'un centre de santé agréé.
Actualité de la riposte
 
Enterrements dignes et sécurisés
  • Renforçant davantage l’engagement de l’Église catholique dans la riposte contre l’épidémie d’Ebola, Monseigneur Melchisédech Sikuli Paluku, l’évêque du diocèse de Butembo-Beni, a demandé aux prêtes, aux religieux, aux agents pastoraux et aux fidèles de son diocèse de strictement respecter une série de mesures par rapport à la célébration des funérailles chrétiennes.
  • Dorénavant, la célébration des funérailles dans les églises paroissiales est conditionnée à la présentation d’une attestation de prélèvement médical, aussi appelé « SWAB ». Il s’agit du prélèvement d’un échantillon de salive de la personne décédée qui est alors testé au laboratoire pour déterminer si la personne était contaminée par le virus Ebola. 
  • Les accompagnateurs des malades qui portent le Saint Sacrement à domicile ou dans les structures sanitaires doivent s’assurer de l’état des malades et prendre toutes les dispositions nécessaires pour éviter que l’administration du Saint Sacrement ne soit une source de contamination ou propagation de l’épidémie.   
  • En cas de résistance d’une famille ou d’un quartier face à ces nouvelles mesures, le service pastoral sera momentanément suspendu, comme cela est d’ailleurs déjà arrivé dans certaines paroisses.  
  • Pour rappel, Monseigneur Melchisédech Sikuli Paluku avait lancé, en décembre dernier, la campagne « Famille Sans Ebola », un projet qui s’inscrit dans le cadre de la campagne citoyenne « Ebola Pas Chez Moi ».
 
Incident sécuritaire à Komanda
  • Le dimanche 20 janvier 2019, une altercation a éclatée entre un motard et des agents de santé placés à un poste de contrôle sanitaire dans la zone de santé de Komanda. Après avoir refusé de se laver les mains et de se soumettre au contrôle de température, le motard a essayé d’agresser les agents de santé. Les agents de police, présents sur les lieux, ont alors arrêté le motard. En signe de protestation, un groupe de motards ont décidé de s’attaquer au poste de contrôle sanitaire, à la base de vie des agents de la riposte et au bureau de la coordination de la riposte à Komanda. Heureusement, grâce à l’intervention rapide de la police, les dégâts matériels sont infimes avec quelques chaises cassées au niveau du bureau de la coordination. Au total, deux agents de la riposte ont été légèrement blessés. 
 
Vaccination
  • Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 64.403 personnes ont été vaccinées, dont 20.116 à Beni, 13.969 à Katwa, 7.414 à Butembo, 5.866 à Mabalako, 2.506 à Kalunguta, 2.080 à Komanda, 1.911 à Goma, 1.663 à Mandima, 1.477 à Oicha, 1.157 à Karisimbi, 877 à Vuhovi, 789 à Kyondo, 750 à Masereka, 700 à Lubero, 599 à Mutwanga, 442 à Musienene, 434 à Bunia, 358 à Kayina, 355 à Tchomia, 334 à Biena, 167 à Nyankunde, 127 à Kirotshe, 125 à Nyiragongo, 114 à Alimbongo et 13 à Kisangani. 
  • Le seul vaccin à être utilisé dans cette épidémie est le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck, après approbation du Comité d’Ethique dans sa décision du 19 mai 2018.

SENSIBILISATION

 
Au-delà de l’arsenal médical, le Ministère de la Santé rappelle que la réponse contre Ebola est avant tout communautaire. 
 
Pour rappel, les recommandations du Ministère de la Santé sont les suivantes :
  1. Respectez les mesures d’hygiène de base, notamment le lavage régulier des mains à l’eau et au savon ou à la cendre ;
  2. Si une connaissance venant d’une zone en épidémie vient vous rendre visite et qu’elle est malade, ne la touchez pas et appelez directement le numéro vert de la protection civile du Nord-Kivu ;
  3. Si vous êtes identifié comme contact d’un malade d’Ebola, acceptez d’être vacciné et suivi pendant 21 jours ;
  4. Si une personne décède à cause d’Ebola, respectez les consignes pour les enterrements dignes et sécurisés. Il s’agit simplement d’un mode d’enterrement qui respecte les coutumes et traditions funéraires tout en protégeant la famille et la communauté de la contamination par le virus Ebola.
  5. Pour tous les professionnels de la santé, respectez les mesures d’hygiène dans les centres de santé et déclarez toute personne malade présentant les symptômes d’Ebola (fièvre, diarrhée, vomissement, fatigue, anorexie, saignement).

Si tous les citoyens respectent les mesures sanitaires préconisées par le Ministère de la Santé, il est possible de faire en sorte que, même si un cas d’Ebola arrivait dans de nouvelles zones de santé, il ne serait qu’un cas sporadique et n’entraînerait pas une nouvelle flambée épidémique.  
HISTORIQUE DES ÉPIDÉMIES D'EBOLA EN RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO
Inscrivez-vous à la mailing list du Ministère de la Santé pour suivre l'actualité du Ministère et connaître la situation de la riposte contre l'épidémie d'Ebola en RDC.
"Ensemble, faisons triompher la vie"  

Dr. Oly Ilunga Kalenga
Ministre de la Santé
Contact Cabinet
Jessica Ilunga
+243 820 307 872
presse@sante.gouv.cd
Copyright © 2019 Ministère de la Santé de la République Démocratique du Congo, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.