Copy
View this email in your browser
DIRECTION GENERALE DE LUTTE CONTRE LA MALADIE
SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE DANS LES PROVINCES DU NORD-KIVU ET DE L'ITURI

Jeudi 7 mars 2019

 
La situation épidémiologique de la Maladie à Virus Ebola en date du 6 mars 2019 :
  • Depuis le début de l’épidémie, le cumul des cas est de 913, dont 848 confirmés et 65 probables. Au total, il y a eu 574 décès (509 confirmés et 65 probables) et 306 personnes guéries.
* Le nouveau cas probable de Masereka a été retiré du cumul des cas en attendant la validation par le comité de surveillance. 
  • 181 cas suspects en cours d’investigation ;
  • 7 nouveaux cas confirmés, dont 5 à Katwa, 1 à Butembo et 1 Kyondo ; 
  • 6 nouveaux décès de cas confirmés :
    • 3 décès communautaires, dont 1 à Katwa, 1 à Kyondo et 1 à Butembo ;
    • 3 décès au CTE, dont 2 décès à Butembo et 1 à Mabalako ;
  • 2 personnes guéries sorties du CTE de Butembo.
/!\ Les données présentées dans ce tableau sont susceptibles de changer ultérieurement, après investigations approfondies et après redistribution des cas et décès dans leurs zones de santé respectives.
 
 

Remarques:
  • Afin d’éviter que le nombre total de cas varie (à la hausse ou à la baisse) quotidiennement, les cas suspects ont été placés dans une catégorie séparée. Ainsi, les cas suspects dont les tests laboratoires se sont révélés positifs seront ajoutés dans la catégorie des cas confirmés alors que ceux qui sont négatifs (non cas) seront retirés du tableau.
  • Les décès survenus au niveau des CTE sont provisoirement enregistrés dans les zones de santé d’implantation des CTE dans l’attente de reclassification dans la zone de santé de notification des cas.
  • La catégorie des cas probables reprend tous les décès pour lesquels il n'a pas été possible d'obtenir des échantillons biologiques pour confirmation au laboratoire mais où les investigations ont révélé un lien épidémiologique avec un cas confirmé ou probable.
  • Un décès communautaire est tout décès survenu en dehors d'un Centre de Traitement Ebola.
Actualité de la riposte
 
 
Rôle de la sécurité dans les zones touchées par l’épidémie d’Ebola
  • Il semble qu’il y ait une incompréhension quant au rôle des forces de l’ordre dans les zones touchées par l’épidémie d’Ebola. La police et l’armée ne sont pas impliquées dans les activités de riposte contre Ebola et leur rôle n’a jamais été de forcer le respect des mesures sanitaires.
  • Compte tenu des nombreux incidents sécuritaires contre les agents de la riposte mais aussi contre les familles et membres de la communauté qui adhèrent à la riposte, le Ministère de la Santé a demandé au Ministère de l’Intérieur d’assurer la sécurité des biens et des personnes dans la région. Il est inacceptable que des agents de santé se fassent menacer et agresser dans le cadre de leur travail. Tout comme, il est inacceptable que des familles se voient empêchées d’enterrer de façon digne et sécurisée leur proche à cause de groupes d’inciviques. 
  • Les agents de santé locaux n’ayant pas, eux, le privilège d’être exfiltrés lorsque les conditions sécuritaires se dégradent, il est nécessaire de renforcer la sécurité pour permettre le bon déroulement de la riposte. En outre, depuis l’arrivée des équipes de riposte au Nord-Kivu en août 2018, l’amélioration de la situation sécuritaire dans la région est une demande permanente de la population. Le retour de la sécurité est, d’ailleurs, l’une des conditions émises par MSF pour revenir à Butembo et Katwa.
 
Arrivée du Directeur Général de l’OMS à Kinshasa
  • Le Directeur Général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, est arrivé ce jeudi 7 mars 2019 à Kinshasa. Il est accompagné par Dr. Matshidiso Moeti, Directrice régionale du Bureau de l’OMS pour l’Afrique, Dr lbrahima Soce Fall, Directeur régional de l'OMS pour les situations d’urgence, Stewart Simonson, Sous-Directeur général chargé du Groupe Administration, et Pierre Formenty, expert des agents pathogènes dangereux de l’OMS.
  • Le Ministre de la Santé, Dr Oly Ilunga Kalenga, a reçu la délégation à son Cabinet et a remercié l’OMS pour son travail sur le terrain aux côtés des équipes congolaises. Il a particulièrement insisté sur la contribution de l’OMS dans la réhabilitation rapide des Centres de Traitement d’Ebola à Butembo et Katwa. La réouverture du CTE de Butembo, quelques jours seulement après l’attaque par des hommes armés, envoie un message fort aux personnes qui essaient de perturber la riposte contre Ebola, qui est que les agents resteront en poste jusqu’à la fin de l’épidémie. 
  • Le Directeur Général de l’OMS a, quant à lui, félicité le Ministre et le Gouvernement de la République pour leur leadership fort. Bien que l’épidémie ne soit pas encore entièrement maîtrisée, les efforts fournis ont permis de contenir géographiquement l’épidémie dans deux provinces du pays. Ce résultat est remarquable compte tenu de la mobilité de la population et du contexte sécuritaire. Toutefois, le risque de propagation dans les autres provinces et dans les pays voisins reste présent tant que l’épidémie reste active. 
  • Lors des échanges, un accent particulier a été placé sur les stratégies d’engagement communautaire. Il est ressorti du dialogue communautaire que la population veut que le Gouvernement et les partenaires ne se limitent pas à combattre seulement Ebola mais qu’ils s’engagent aussi à les aider à améliorer leurs conditions de vie générales. Le Ministère de la Santé a initié la conception d’un programme de développement et relèvement communautaire pour assurer une reprise économique et sociale dans les provinces affectées après la fin de l’épidémie d’Ebola.
Vaccination 
  • Depuis le début de la vaccination le 8 août 2018, 86.012 personnes ont été vaccinées, dont, 21.960 à Katwa, 20.786 à Beni, 10.828 à Butembo, 6.109 à Mabalako, 2.889 à Kalunguta, 2.633 à Goma,  2.317 à Komanda, 2.265 à Mandima, 2.084 à Oicha, 1.357 à Karisimbi, 1.340 à Kayina,  1.340 à Kyondo, 1.254 à Bunia, 1.064 à Vuhovi, 920 à Masereka, 772 à Mutwanga, 769 à Lubero, 767 à Biena,  690 à Rutshuru, 663 à Musienene, 527 à Nyankunde, 496 à Mangurujipa, 489 à Rwampara (Ituri), 355 à Tchomia, 333 à Lolwa, 280 à Mambasa, 254 à Alimbongo, 207 à Kirotshe, 161 à Nyiragongo, 97 à Watsa (Haut-Uélé) et 13 à Kisangani. 
  • Le seul vaccin à être utilisé dans cette épidémie est le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck, après approbation du Comité d’Ethique dans sa décision du 19 mai 2018.
HISTORIQUE DES ÉPIDÉMIES D'EBOLA EN RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO
Inscrivez-vous à la mailing list du Ministère de la Santé pour suivre l'actualité du Ministère et connaître la situation de la riposte contre l'épidémie d'Ebola en RDC.
"Ensemble, faisons triompher la vie"  

Dr. Oly Ilunga Kalenga
Ministre de la Santé
Contact Cabinet
Jessica Ilunga
+243 820 307 872
presse@sante.gouv.cd
Copyright © 2019 Ministère de la Santé de la République Démocratique du Congo, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.