Joël Riff curieux présente

2016 semaine 32  
Une semaine, sept jours, sept expositions
Sybaris
La destination est mythique. On dit qu'y règne un climat durable de béatitude. Le beau temps est permanent et toujours, le soleil caresse les poils dans un doux petit courant d'air. La volupté des Sybarites est proverbiale. Cette ancienne colonie grecque du sud de l'Italie se distingue par la mollesse de ses mœurs. Le dogme chrétien lui associe la luxure et l'indiscipline. Ses habitants auraient cultivé une créativité de la jouissance, quête exponentielle de nourritures inédites. Lorsqu'une personne mettait au point une nouvelle recette, elle était la seule de la contrée à pouvoir la cuisiner durant l'année qui suit, obligeant chacun à redoubler d'énergie pour surpasser ses concitoyens sur l'échelle du délice.
Lukas Duwenhögger
(allemand né en 1956) développe une charmante iconographie. Une désuétude méditerranéenne s'incarne dans une série de fables, autant de circonstances pour détailler des mâles bien coiffés. La proposition est douce, et investit merveilleusement le caractère domestique du bel endroit.

Bedava, 78x59cm, huile, toile, 2001-03*




Perusal of Ill - Begotten treasures, 113x192cm, huile, toile, 2003** 




Multiple devotions, huile, toile, 2000***




Choreography for three men, two broomsand caution-tape, 95x130cm, huile, toile, 1994****


Probleema - détail, bois, toiles, 1995


Rezalet - Impertinence, 130x210cm, huile, toile, 1998*****




The end of the season, 121x156cm, huile, toile, 2007-08

Courtoisie de l'artiste et *****Carole Lainoff
collection *Konstantinos Papageorgiou, **Daniel Buchholz & Christopher Müller, ***Sylvia Kouvali & Luke Milne et ****Alan Hergott & Curt Shepard
crédit photographique Marcus J. Leith
Exposition You might become a park jusqu'au 18 septembre 2016  
à Raven row à Londres
 
Pure fiction
est une belle invitation à la lecture, et quelque part, à l'oisiveté studieuse. Tous les plasticiens réunis là, partagent une pratique du texte publié. Cela ne se voit pas vraiment, et c'est mieux ainsi. Prime le plaisir de réunir des merveilles, surtout dans la première salle, où se dressent de superbes sculptures que l'on voit vraiment trop peu encore en France.

Pierre Klossowski, Auberge de la comète II, 108x136cm, crayons de couleur, papier, 1984




Michael Dean








Michael Dean, Analogue X, 168x100x57cm, béton, sangles, livre,  2015








Win McCarthy, Always these few raindrops and/never the storm/always a partial view, 40x15x7cm, verre, scotch, tube, transparent, 2015


Robert Filliou, The, a novel, Robert Filliou, 65x40x15cm, carton, fil, pastel, vers 1976




Ed Atkins Untitled 3, 244x122cm, acrylique, sérigraphie, encre, collage, bois, 2014

Copyright des artistes
courtoisie des artiste et de la galerie
crédit photographique Rebecca Fanuele
Exposition par Julie Boukobza avec
Ed Atkins, Marcel Broodthaers, Michael Dean, Robert Filliou, Pierre Klossowski, Henri Michaux, Win McCarthy, Giuseppe Penone, Bunny Rogers, Lili Reynaud-Dewar et Josef Strau terminée 
à la Galerie Marian Goodman à Paris

 
Pierre Guyotat, la matière de nos œuvres
honore un auteur et sa postérité déjà bien ancrée, au-delà du domaine de l'écriture. Je dois dire que je n'en connaissais jusque-là rien. Manifestement c'est une figure. Les invités constituent une liste surprenante. La réalité de l'accrochage systématise une distribution peu sensible, au rythme d'une cimaise par contribution, comme on isolerait des spécimens sur une page chacun. Par ailleurs, je n'ai plus aucun fétichisme pour les feuilles jaunies, du coup l'omniprésence de pièces manuscrites réduit trop d’œuvres à de l'anecdote. Le catalogue semble très bien.

Bernard Dufour, Pierre Guyotat, 195x130cm, huile, pastel, toile, 1990*




Pierre Guyotat, dessins, 2015-16








Pierre Guyotat, frontispice à la gouache d'Éden, Éden, Éden paru en 1970 aux Éditions Gallimard**


Michael Dean, hnnnhhnnn-hnnnhnnnnh - série Analogue, 2014




Juliette Blightman


Éric Rondepierre, série Dsl, technique et format non définis, 2016

Cerith Wyn Evans


Éric Rondepierre, série Dsl, technique et format non définis, 2016


Jean-Luc Moulène


Jean-Luc Moulène, Drawing for Usure, 61x45cm, crayon, papier, 2010

Courtoisie des artistes
crédit photographique Andrea Aversa
collection *Fonds national d'art contemporain et **Bibliothèque nationale de France
Exposition par Donatien Grau avec Bernard Dufour, Eric Rondepierre, Klaus Rinke, Daniel Buren, Jean-Luc Moulène, Miquel Barceló, Cerith Wyn Evans, Paul McCarthy, Christoph von Weyhe, Juliette Blightman, Elijah Burgher et Michael Dean terminée
à la Galerie Alaïa à Paris
 
Cornel Brudaşcu
(roumain né en 1937) surprend par des toiles figurant du cul bien imbibé. Identifié il y a quelques mois dans le cadre de l'exposition The world goes pop avec des formats vintage autrement plus éthérés, l'artiste donnait à voir ici son actuel travail. Au-delà de la démonstration du désir entre hommes, ses compositions partagent une vraie délectation de peindre.

Untitled, 60x60cm, huile, toile, 2016


Untitled, 80x65cm, huile, toile, 2016










Untitled, 60x60cm, huile, toile, 2016


Untitled, 77x62cm, huile, toile, 2016


Untitled, 54x50cm, huile, toile, 2016


Untitled, 80x65cm, huile, toile, 2016


Untitled, 60x60cm, huile, toile, 2016


Untitled, 80x65cm, huile, toile, 2016


Untitled, 54x50cm, huile, toile, 2016






Untitled, 54x50cm, huile, toile, 2016

Courtoisie de l'artiste
Exposition Parfum 79 par Mircea Cantor terminée
à la VnH Gallery à Paris
 
Le meilleur des mondes
associe trois artistes dans la célébration d'une certaine indolence. La langueur vidéographique et l'invitation à la pause du mobilier, mettent en valeur une production picturale grandement représentée, à mon plus grand plaisir. C'est une quinzaine de toiles toutes fraîches dont il est possible de jouir ici. Sa facture enlevée est sentimentale. Elle sait marquer ce qu'il faut. 

Chai Siris, Day for night, video, 2016



Elvire Bonduelle, Relax Max, Cool Raoul, Take it easy Billy, Sit on it Edith - détail, métal peint, mousse, 2016








Julie Beaufils, In love, 55x50cm, huile, toile, 2016*


Julie Beaufils, Her, 55x50cm, huile, toile, 2016* et**


Julie Beaufils, I’ll turn my phone off during French lessons, I’ll turn my phone off during French lessons, 139x114cm, huile, toile, 2016* et***

Courtoisie des artistes et de la galerie *Overduin & Co
collection **Troy & Marlene Bailey et ***particulière
crédit photographique La kunsthalle
Exposition par Claire Staebler avec Julie Beaufils, Elvire Bonduelle et Chai Siris jusqu'au 21 août 2016
à La kunsthalle à Mulhouse
 
Nouveau !
effectue un vrai rebond dans la programmation de la galerie, qui s'autorise ainsi un élan opportun à l'heure où trop de marchands parisiens se complaisent dans la plainte. S'amusant de l'impératif de nouveauté, l'initiative associe pièces inédites d'artistes représentés et intronisation de signatures neuves en ces murs. L'occasion de se familiariser en particulier avec les formats enthousiasmants d'une peintre canadienne et d'irrésistibles sculptures. 

Guillaume Pinard, Sidération, 76x56cm, pastel, papier, 2016


Dasha Shishkin, Excitement, trout in the public’s trousers, 157x203cm, fusain, acrylique, mylar, 2016*




Céline Vaché-Olivieri, Brainhand, 20x30x22cm, grès blanc, grès rouge émaillés, 2016


Guillaume Pinard, Capuche, 56x42cm, pastels secs, papier, 2016


Tiziana La Melia, Getting into it, 87x57cm, huile, toiel, 2016


Tiziana La Melia, Getting into it, 87x57cm, huile, toile, 2016




Tiziana La Melia, Burning herb on the four corners, 87x57cm, aluminium, gouache, toile, 2016

Courtoisie des artistes, de la galerie et de *Susanne Vielmetter
Exposition avec Tiziana La Melia, Guillaume Pinard, Stéphanie Saadé, Dasha Shishkin, Céline Vaché-Olivieri et Alun William jusqu'au 30 août 2016
à la Galerie Anne Barrault à Paris
 
Vincent van Gogh
(néerlandais né en 1853 et mort en 1890) bénéficie d'une superbe présentation de trente-et-une toiles prêtées par de prestigieuses collections compatriotes. La visibilité d'un tel ensemble à Arles, fait événement. La succession sobre et tonique réussit à manifester la vertigineuse vigueur d'une sensibilité qui a su inscrire dans la peinture, la puissance d'un regard toujours fascinant. Les cadrages, les sujets, la palette, la facture bien-sûr, continuent d'ébahir. Cette dizaine de patates, cette statuette, ce morceau de pré, m'ont généreusement ému. Et en plein festival photo, cette onctuosité fait un bien fou.

Écorché agenouillé, 35x26cm, huile, carton, Paris juin 1886*




Nature morte aux pommes de terre, 39x47cm, huile, toile, Arles janvier 1889**





Saules têtards au soleil couchant, 31x34cm, huile, toile, carton, Arles mars 1888**



Montmartre - derrière le Moulin de la Galette, 81x100cm, huile, toile, Paris juillet 1887*





Champ enneigé avec une herse (d’après Millet), 72x92cm, huile, toile, Saint-Rémy-de-Provence janvier 1890*



Épis de blé, 64x48cm, huile, toile, Auvers-sur-Oise juin 1890*


Carré d’herbe, 30x39cm, huile, toile, Paris avril-juin 1887**



Marronniers en fleur, 63x49cm, huile, toile, Auvers-sur-Oise 22-23 mai 1890**

Collection *Van Gogh museum - Vincent van Gogh foundation et **Kröller-Müller museum
crédit photographique François Deladerrière
Exposition Van Gogh en Provence - la tradition modernisée par Sjraar van Heugten jusqu'au 11 septembre 2016
à la Fondation Vincent van Gogh Arles à Arles
 
Belle semaine à vous - Plus d'images sur instagram, d'actualités sur Facebook, de brèves sur twitter
Actualiser votre coordonnées ou votre abonnement

Email Marketing Powered by MailChimp