Copy
Février 2017 - n°9
Devenir du tram : le débat s'ouvre enfin
 Le matériel utilisé sur la ligne 1, dit « TVR » dont la production a été arrêtée par Bombardier son concepteur, doit être remplace à moyen terme, en tout cas d'ici à 2022. En effet, contrairement à l'agglomération de Caen (autre ville utilisant avec les mêmes difficultés ce « TVR ») qui a choisi de remplacer plus rapidement ses rames par un vrai
tram sur fer d'ici à 2019, le Grand Nancy a opté pour une prolongation de sa durée de vie grâce à une opération de "grand levage", autrement dit, une rénovation du matériel. Les enjeux du moment pour Nancy se situent donc dans le choix du matériel, le tracé de la nouvelle ligne structurante (notamment à ses extrémités) et la question de la montée à Brabois. 3 options s’offrent ainsi au Grand Nancy :
  • le bus à haut niveau de service (BHNS) comme à Metz, Zurich, Rouen,... : en somme, on repartirait sur un matériel équivalent à celui fonctionnant actuellement (même capacité non extensible, possibilité de monter à Brabois),
  • le Translohr, tramway sur pneumatiques, de 3 à 6 caisses : un mixte entre la situation actuelle et un vrai tram sur fer, mais n'étant produit que par une seule entreprise,
  • et le tram sur fer : plus capacitaire et modulable qu'aujourd'hui, à la technologie éprouvée mais qui aurait des difficultés à descendre de Brabois.
C’est la dernière option qui semble tenir la corde, du fait sa fiabilité et de ses capacités.
 
La partie centrale de la ligne (du Vélodrome/Vandoeuvre à Gérard Barrois/St Max) semble être gravée dans le marbre hormis peut-être quelques ajustements à la marge. Il est ensuite proposé depuis le Vélodrome de prolonger la ligne vers Vandoeuvre - Roberval (et assurer une connexion avec la voie ferrée) et vers Seichamps de l'autre côté. L'idée d'une connexion (au niveau de l'actuelle station St Georges) avec un tram-train remontant vers Champigneulles est également avancée, cette fois à plus long terme.
Reste enfin la question de la montée (et de la descente) vers Brabois. Une piste évoquée consisterait en la construction dans la zone du Vélodrome, d'un téléphérique direct avec le CHU, couplé à un BHNS pour répondre aux besoins spécifiques de cette zone (topographie, besoins pendulaires accrus dans les années à venir,...). Ce volet reste encore à étudier.
Le calendrier
  • Juillet 2017 : délibération cadre actant les options retenues par la Métropole
  • Entre 2017 et 2021 : une période de concertation, d'enquête publique, de bouclage financier et technique du dossier,...
  • 2021/2023 : travaux
  • 2023 : mise en service commerciale

Sérieuses menaces sur le devenir de la Halle

Une enseigne historique de la rue St Jean risque donc de voir fermer ses portes d’ici quelques mois, du fait des errances stratégiques et financières de sa maison-mère, le groupe Vivarte. Notre première inquiétude concerne le devenir de la douzaine de salariés, certains employés parfois depuis plusieurs dizaines d’années. Il nous semble important que leur avenir professionnel soit assuré par le biais de reclassements internes au groupe ou, mieux, grâce à une reprise de l’activité.

Et c’est là l’autre enjeu crucial de ce dossier, celui du devenir de cet établissement en plein cœur du centre-ville commerçant. La perspective de voir s’installer une nouvelle friche commerciale aux côtés de celles déjà laissées par le départ de Go Sport (rue St Dizier) ou de Darty (place Maginot) doit nous alerter. Ces locaux désespérément vides envoient un signe négatif aux investisseurs et aux visiteurs de notre ville. L’étude récemment conduite par le cabinet PROCOS dressant un palmarès de l’attractivité des centres-villes peut nous inquiéter : Nancy n’y figure malheureusement pas, quand Strasbourg, Grenoble ou Colmar font figure d’exemples à suivre. L’action conduite par les acteurs publics se doit d’être dynamique et pro-active pour garantir la qualité et la diversité de l’offre en cœur d’agglomération. La municipalité ne peut plus se contenter de mesures d’accompagnement et de mise en synergie, qui ont d’ailleurs tardé à être mises en œuvre. La stratégie de développement commercial  récemment adoptée par la Métropole est un autre outil qui doit fait ses preuves dès maintenant.

L’année 2017 doit donc impérativement s’accompagner de résultats concrets sur ce dossier. Les quelques projets symboliques (rue Haguenauer, l’arrivée de l’enseigne « Starbuck’s »,…) ne peuvent suffire à cacher la dynamique en cours. Il est plus que temps d’agir.

Un conseiller municipal travaille à l’ouverture
d’une « école » particulièrement inquiétante

Le conseiller municipal délégué aux écoles de la majorité municipale a récemment apporté son soutien au projet d’installation d’une école privée hors contrat à Nancy. Il s’agit d’un établissement issu du réseau « Espérances banlieues », vitrine d’un réseau traditionaliste proche de « La Manif pour Tous ».

Dans ces « écoles », on promeut une vision très réactionnaire de l’éducation et des méthodes particulièrement rétrogrades (uniforme pour tous, salut au drapeau...).

Le plus surprenant dans cette affaire, est que cet élu dit travailler sur ce projet dans le cadre de sa délégation municipale. C’est pourquoi, nous avons officiellement interpellé le maire afin qu’il clarifie sa position sur ce dossier et avons demandé le retrait de la délégation de cet élu.

 
...EN BREF...

Immeuble rue Mazagran : concertation et réflexion !
L’actualité de la fin 2016 a été marquée par une polémique concernant un projet immobilier rue Mazagran, au pied de la tour Thiers. Un promoteur a récemment manifesté son intérêt pour racheter la galerie commerciale située à cet endroit  ainsi que les terrains attenants (la fameuse « pelouse la plus chère de France ») pour y édifier un immeuble de 8 étages. Dans ce quartier meurtri par la folie du tout béton des années 70, les riverains sont nombreux à manifester leurs craintes quant à ce projet non concerté en amont. Il est grand temps d’apaiser les débats en se penchant sur ce que collectivement nous souhaitons faire de cet espace, en incluant dans ce périmètre la place Thiers qui malgré de lourds travaux ne parvient toujours pas à trouver d’usage concret et partagé. Réflexion également sur l’intérêt de densifier à outrance un quartier déjà « compact », qui manque de lieux de respirations. Une réflexion qui aurait d’ailleurs dû s’engager à l’autre bout de ce quartier « Grand cœur »
 
Armement de la police municipale : une solution insatisfaisante pour un vrai problème 
Face aux évolutions des missions dévolues aux polices municipales, de nombreux élus locaux semblent s’interroger sur le devenir de la répartition des missions entre polices municipale et nationale. Il est légitime qu’un maire souhaite se donner les moyens pour garantir la tranquillité publique qui relève de sa responsabilité, et le contexte d’attentats rend cette politique plus sensible. Mais nous devons clarifier collectivement le rôle de chacune des polices. C’est dans ce cadre que se pose la question de l’armement de la police municipale, qui sera bientôt effective à Nancy. Doter ces agents des moyens de se défendre et de défendre la population, peut s’entendre, mais souhaitons-nous nous inscrire dans ce processus irréversible ? La généralisation de l’armement de la police municipale peut être source d’inquiétudes pour un grand nombre de citoyens. A ce titre, nous tenons à rappeler notre attachement à une claire répartition des rôles entre l’Etat, qui ne doit pas se décharger de ses missions régaliennes, et les communes qui doivent accompagner et non se substituer à ce dernier. Ce débat doit s’enclencher rapidement pour poser clairement des principes garantissant le maintien de l’ordre républicain ainsi qu’une égalité de traitement des territoires. Nous devons réaffirmer le rôle de proximité, de médiation et de maintien de la tranquillité publique de la police municipale et lui donner les moyens d’agir en ce sens.
 
Les chiffres de la Primaire à Nancy  
Les 22 et 29 janviers derniers, se sont tenus les premier et second tour de l’élection primaire organisée par la Belle Alliance Populaire. L’occasion de vous (re)donner les chiffres de ce scrutin. Au premier tour, un peu plus de 2900 électeurs se sont rendus dans les 10 bureaux ouverts à travers la ville. Comme dans le reste du pays, le trio de tête était composé de Benoît Hamon (48%), Manuel Valls (26%) et d’Arnaud Montebourg (13%). La semaine suivante, avec une plus forte mobilisation, près de 3600 électeurs ont placé Benoît Hamon en tête avec 66% des voix. Prochaine étape, le scrutin présidentiel du 23 avril et du 7 mai !
AGENDA

Conseil municipal -
Lundi 20 mars 2017 à 14h30, à l'hôtel de  ville. Séance publique // Adoption du budget 2017.
Les 10 ans de l'Autre Canal – Week-end des 17-18-19 mars. Plus d'infos
ici
Conseil communautaire - Vendredi 31 mars 2017 à 14h30, au siège de la Métropole (viaduc Kennedy). Séance publique.






This email was sent to <<Adresse e-mail>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
NVM · Place Stanislas · Nancy 54000 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp