Copy
Eric Delamare skipper - les news
View this email in your browser

Eric Delamare à deux jours du départ de la Solo Concarneau

© photo Patrick Deroualle
La pression monte doucement. Il faut dire que l’enjeu est de taille : cette régate il va falloir la faire jusqu’au bout si Eric veut se sélectionner pour la Solitaire Urgo – le Figaro.

340 milles de course
Jeudi 6 avril à 15h00, ce sont les 37 skippers d’un plateau relevé qui s’élanceront pour parcourir les 340 milles de la Solo Concarneau.
Le programme est dense : le départ sera donné au large de Concarneau. Les coureurs prendront alors la direction des îles des Glénans. Une fois l’archipel passé, ils iront chercher le raz de Sein avant d’entamer une descente vers l’Ile d’Yeu en passant par le phare des Birvideaux et les îles morbihannaises. La remontée depuis l’Ile d’Yeu vers Concarneau sera plus libre avec, pour seule marque de parcours, la cardinale dite de « la voleuse » aux Glénans.

Des pièges à éviter
Les sections côtières sont nombreuses sur cette course. Les concurrents, après deux jours de mer, devront rester lucides dans leurs options tactiques car c’est du vent faible à médium qui est annoncé. Il faudra donc jouer avec les courants et les nombreuses phases de transition aux effets décuplés du fait de ce flux d’est très faible.

Sur le format des courses de la Solitaire Urgo – le Figaro, la solo Concarneau sera une véritable répétition générale. Le parcours s’inspire largement de celui de la 3ème étape prévue en juin ralliant Concarneau à Concarneau.

Eric qui n’avait pas pu prendre le départ de la Solo Normandie du fait d’une avarie avant le départ est prêt à en découdre. Il s’est entraîné à Granville dans du gros temps, a peaufiné les derniers réglages et testé ses nouvelles voiles. Il n’y a plus qu’à se jeter à l’eau !

Les impressions d’Eric à deux jours du départ :

« Je suis en forme ! Mes dernières sessions d’entrainement dans 35 à 40 nœuds se sont bien passées. Mais ce n’est pas du tout ce type de temps qu’on nous réserve sur la Solo Concarneau ! Si on atteint les quinze nœuds, ce sera déjà pas mal. Nous verrons demain au briefing si la Direction de course raccourcit le parcours ou le garde tel quel.
Sur cette épreuve, il va falloir jouer finement et ne pas laisser les plus aguerris prendre trop d’avance car les passages à niveau sont nombreux. Et subir une renverse de courant dans le petit temps, c’est six heures à attendre ! Je me mets donc à l’esprit qu’il va falloir cavaler pour atteindre le raz de Sein dans les temps même si je sais que mon objectif principal c’est de terminer la course et de me qualifier pour la Solitaire Urgo – le Figaro.
Sur le reste du parcours je ne suis pas trop inquiet. Je connais bien le Golfe du Morbihan et ses pièges, il ne devrait pas y avoir de mauvaises surprises.
En tous cas j’ai hâte d’y être, je suis très motivé ».
 
Les coureurs devraient retrouver les pontons de la ville close samedi.


 
Copyright © 2017 - Ligue de Voile de Normandie, All rights reserved.

Our mailing address is:
ms.schlesser@voile-hnormandie.org

Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list

 






This email was sent to <<Email Address>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Ligue de Voile de Normandie · 27 Rue de la Mailleraye · Le Havre 76600 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp